Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 15:52

De Gaulle, tome 1 : L'appel du destin, de Max Gallo

Editions : Pocket

Pages : 474

Pourquoi j'ai lu ce livre ? Je voulais lire un roman historique et dont l'auteur était en G (pour mon challenge libère ta pal)

 

http://www.livraddict.com/covers/16/16609/mincouv11675129.jpg

 

Résumé : (4ème de couverture) :

 

"L'homme qui incarnait la France éternelle

De l'adolescent qui, en 1905, veut être officier et rêve de sauver son pays, au général de brigade qui, à Londres, le 18 juin 40, s'assied face au micro et lance son appel, il y a le sillon d'une volonté qui ne transige jamais. Il y a la certitude de porter en soi un destin. Il y a le courage d'affronter la mort, comme à Verdun en 1916, et d'accepter la solitude, comme dans les années trente, face à des chefs conformistes. Mais aussi le courage d'un père qui berce sa petite fille handicapée.
De 1890 à 1940, il y a le surgissement d'un homme qui va incarner, pour la France, le XXe siècle. De Gaulle disait : "La France ne peut être la France sans la grandeur."
Illusion magnifique ? Vérité profonde ? Sa vie répond."

 

Mon avis :

 

Ce livre dépeint ce que fût le Général De Gaulle, de sa jeunesse jusqu'au début de la seconde guerre mondiale. Ce grand personnage de l'histoire est quelqu'un de courageux, noble, et très combatif. Dès sa jeunesse, on voit que De Gaulle s'intéresse au sort de la France, et tout cela, grâce à l'éducation que lui donne son père. On le voit donc gravir les échelons tout au long de sa vie. Il va même être sur le terrain lors de la Première Guerre Mondiale. Il sera blessé, mais n'abandonnera pas la partie. Il est fait prisonnier, et essaye tant bien que mal de s'échapper, mais en vain. Il se fera relâcher à la fin de la guerre. Ensuite, il sera l'un des seuls à voir la montée du nazisme hitlérien et à vouloir faire quelque chose pour la contrer, mais autour de lui, tout le monde fait la sourde oreille. Il est très souvent en désaccord avec Pétain, et leurs rapports sont très tendus. De Gaulle fera tout ce qu'il peut pour se faire entendre du gouvernement au pouvoir, mais cela reste très difficile. Nous voyons donc le combat perpétuel qu'il mène pour essayer de sauver la France de la capitulation...
Cela étant, je trouve que le livre est trop long. On rencontre souvent les mêmes situations et les réflexions de De Gaulle sont trop présentes. On a bien compris qu'il voulait des chars d'assaut en masse, et que le gouvernement n'était pas d'accord. Ces mêmes réflexions se répètent trop souvent... Je me suis lassée du livre par rapport à cela... Trop répétitif à mon goût. Sinon, la vie de De Gaulle en dehors de la guerre nous apprend comment il est avec son entourage. On le voit se marier, et avoir plusieurs enfants, dont une fille handicapée.  Cela coupe le roman et nous laisse respirer un peu, donc j'ai trouvé cela pas mal du tout.
Malgré tout, il reste deux tomes à lire, je les lirai bien plus tard... Je n'ai pas envie de m'atteler à les lire tout de suite, il me faudra du temps pour digérer ces 400 pages... 

 

Ma note : ♥♥♥ / ♥♥♥♥♥
    
 

CHALLENGE LIVRE A-Z bookybook


Logo Livraddict

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 05:00

La mort est mon métier, Robert Merle

Editions : Folio

Pages : 370

Pourquoi j'ai lu ce livre ? Il m'a été proposé pour une lecture commune sur Livraddict

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/mincouv60090818.jpg

 

Résumé : (4ème de couverture) :

 

Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s'éclaira...
- Le Führer, dit-il d'une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.
Il fit une pause et ajouta :
- Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.
Je le regardai. Il dit sèchement :
- Vous avez l'air effaré. Pourtant, l'idée d'en finir avec les Juifs n'est pas neuve.
- Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu'on ait choisi...

 

Mon avis :

 

Un roman plutôt terrifiant de par son réalisme... J'avais déjà commencé ce livre il y a plusieurs années de cela, pour finalement abandonner sa lecture, tellement j'étais horrifiée. Je trouvais ce gamin assez inhumain, et pleins d'automatismes, ce qui était plutôt effrayant. Je l'ai repris pour une lecture commune organisée sur Livraddict. Je l'ai lu jusqu'au bout...

C'est l'histoire d'un gamin appelé Rudolf Lang, qui vit chez ses parents. Son père est plutôt du genre strict et très croyant. Toute la famille prie ensemble. Le matin, Rudolf doit se rendre à la messe avant d'aller à l'école. Le soir, le père demande à chacun s'il a commis un péché. Un jour, alors que Rudolf est à l'école, un camarade l'embête, Rudolf le pousse et son camarade se casse la jambe. Rudolf va se confesser et demande au prêtre de ne pas le révéler à son père. Le prêtre ne comprend pas la peur de Rudolf et lui laisse tout compte fait le choix de le lui révéler ou pas... Le soir, alors qu'il rentre chez lui, le père de Rudolf lui demande s'il a commis un péché. Rudolf lui dit que non. Tout le monde lui dit n'avoir commis aucun péché. Le père de Rudolf, le soir même, se rend à la réunion de l'école. En rentrant à la maison, il lève toute la famille qui dormait déjà vue l'heure avancée de la nuit. Il dit que Rudolf est un traître, et qu'il faut prier. Rudolf pense ainsi que le prêtre l'a trahi et perd la foi qu'il avait en Dieu. Il devient malade. Quand il retrouve la santé, il devient machinal, automatique, quasi inhumain... Il décide de s'engager dans l'armée et quitte le domicile familial. Il est renvoyé chez lui en raison de son jeune âge. Mais il persiste et à 16 ans est accepté. Il combat pour l'Allemagne. Il gravit les échelons. On voit qu'il obéit toujours aux ordres, sans réfléchir.
On va donc le voir dans divers rôles, notamment dans celui d'organisateur du camp de concentration d'Auschwitz. il doit réfléchir par quel moyen exterminer les juifs. Bien évidement, les chiffres sont précisés et la tâche est d'autant plus difficile à cause du nombre de personnes à exterminer en même temps. Il ne réfléchit pas en termes d'humains à exécuter, mais en termes d'unités. Le processus est déshumanisé. Les termes sont techniques et enlèvent toute émotion de la narration. On a l'impression d'entendre parler de choses normales et naturelles quand on lit comment ils s'organisent. A part quelques passages où l'on voit que quand même qu'il ya quelques hésitations et quelques étonnements et sceptisisme quand à l'importance de la tâche, tout se déroule dans l'ordre, la réflexion et l'application. Tout est fait pour que tout se déroule pour le mieux et dans les temps... C'est abominable. Ce sont les détails qui choquent. Ce sont les techniques décrites qui choquent. C'est le manque de pitié et l'obéissance aveugle aux ordres qui choquent... J'ai rarement lu de livres aussi choquants que celui-ci. Cette histoire nous fait comprendre l'époque, nous montre comment de telles choses ont pu arriver. Et bien sûr on a envie que tout s'arrête, que Rudolf prenne conscicence de l'affrosité de ses actes, mais il continue... Il pense que les ordres sont les ordres, et qu'il doir obéir aux ordres. Il pense que lui, ne fait qu'obéir aux ordres. Si les ordres sont mauvais alors, c'est celui qui donne les ordres qui doit être puni. Pas celui qui les éxécute et qui fait son devoir... Voilà le fond de sa pensée... Mais je vous laisse découvrir la fin vous-même...

 

Ma note : ♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

 

Logo Livraddict

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 22:50

Les enfants de la Terre, tome 2 : La vallée des chevaux, Jean-Marie Auel

Editions : Pocket

Pages : 700

Pourquoi j'ai lu ce livre ? J'ai fait une lecture commune lancée par Comicboy car j'avais trop envie de connaître la suite du tome 1

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/mincouv66102458.jpg

 

Résumé (4ème de couverture) :

 

Passé la surprise et l'émerveillement suscités par Ayla, le jeune étrangère aux cheveux blonds qu'ils ont recueillie, les hommes du "clan de l'ours" ont pris peur de ses dons extraordinaires. Parce qu'elle prétend chasser comme les hommes, parce qu'elle éprouve des sentiments inconnus d'eux, parce qu'elle voudrait garder son enfant pour elle seule, Ayla sera maudite et exilée. "Pars à la recherche de ton peuple, lui dit Iza la guérisseuse. Va vers le nord, retrouve ton clan et un compagnon." Un long voyage solitaire commence, au bout duquel Ayla rencontre deux jeunes gens insouciants et aventureux. L'un d'eux est Jondalar. Comme elle, il est blond et ses yeux sont bleus.

 

Mon avis :

 

On se souvient très vite du tome précédent, car le début du livre est marqué par les pensées d'Ayla ainsi que ses souvenirs de sa vie dans le clan de l'ours des cavernes. Ainsi, on nous rappelle qu'Ayla a été maudite par Broud, et qu'elle a dû laisser son fils là-bas. Elle suit les conseils d'Iza, et elle se dirige vers le nord, afin de retrouver son peuple : les Autres.

Le récit est alterné entre son voyage et celui de deux frères Thonolan et Jondalar, deux jeunes gens d'un autre peuple, des gens de la même espèce qu'Ayla... Les chapitres se succèdent et au fur et à mesure de ces deux récits, on comprend qu'ils vont se rejoindre et que donc les trois personnages vont finir par se rencontrer. Je n'ai eu qu'une seule hâte, c'est d'en arriver à leur rencontre ! J'ai d'ailleurs trouvé le temps un peu long jusque là, et à chaque mésaventure, je me suis dis : et là, Ayla va arriver pour soigner ces jeunes voyageurs... Et non ! Il faut attendre un peu plus de la moitié pour qu'ils se rencontrent enfin... 

Entre temps nous avons donc le voyage des deux frères qui nous est conté. Jondalar suit son jeune frère qui a décidé de rencontrer d'autres peuples. On les voit donc cotoyer d'autres personnes, apprendre de nouvelles langues, de nouvelles techniques de châsse, de nouvelles façons de vivre...

Nous avons aussi l'histoire du voyage d'Ayla vers le nord. Elle finit par arriver dans la vallée des chevaux (d'où le titre du livre) et s'y établit car elle y trouve une grotte. Elle en profite pour s'y installer pour l'hiver. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'elle va y passer quelques années. Elle va découvrir de nouvelles techniques : faire du feu grâce à des pierres, apprivoiser un cheval, faire des pièges pour chasser,  monter à cheval, ...
Lorsque les deux héros se rencontrent (enfin !), ils ne se comprennent pas tout de suite. Ayla doit donc réapprendre sa langue, car Jondalar est quelqu'un comme elle : un Autre !  Ce que j'ai trouvé dommage, c'est qu'en plein apprentissage de sa langue maternelle, elle fait un rêve étrange, et pouf, en se réveillant elle parle parfaitement le zélandonii ! Bref... 

Elle peut donc communiquer avec Jondalar, et lui expliquer d'où elle vient et répondre à toutes les questions qu'il s'est posées jusqu'alors. Il apprend donc qu'elle a eu un enfant avec un "Tête Plate", (lesTêtes plates étant pour lui les gens du clan qu'il considère comme des animaux.) Là, une période d'incompréhension naît entre les deux héros.
Ceci dit, ce moment va passer et ils vont tous les deux goûter aux plaisirs des Premiers Rites...

J'ai vraiment apprécié tous ces moments passés avec Ayla. j'ai moins apprécié le récit des nouveaux personnages et leurs méthodes de chasse et de construction de bateaux avec les Sharamudoï... J'ai moins apprécié parce que je voulais qu'on me parle d'Ayla et je voulais faire la découverte des autres personnages en même temps qu'Ayla les rencontrerait et ferait leur connaissance... Mais en même temps les récits entrelacés donnent un certain rythme au roman, ce qui n'est pas plus mal... Mais j'avoue quand même avoir lu avec moins d'ardeur et d'entrain le récit des deux frères...

En conclusion, je peux dire que j'ai adoré ce tome 2 tout autant que le premier. J'ai d'ailleurs hâte de lire le troisième...

Ma note : ♥♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

 

Je tenais à remercier Comicboy pour cette lecture commune, qui était d'ailleurs la première pour moi =)

 

Logo Livraddict

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 21:35

La vengeance des dieux, tome 1 : chasse à l'homme, Christian Jacq

éditions : pocket

pages : 399

pourquoi j'ai lu ce livre ? J'ai toujours vu les livres de Christian Jacq et ai toujours été intriguée... 

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/mincouv46976736.gif

 

Résumé : (4ème de couverture) :

 

"Le jour s'est levé depuis longtemps sur le Royaume du soleil. Et Kel, le jeune scribe, s'éveille à peine. Aux yeux de ses chefs, au Bureau des Interprètes, ce retard lui vaudra certainement une forte sanction - une bagatelle en comparaison du sort réservé à ses collègues plus ponctuels : car la mort a frappé et l'illustre Bureau ne compte pas un seul survivant. pris de panique, le jeune homme s'enfuit, non sans emporter le papyrus crypté à l'origine de ce carnage...

Pour les autorités, cela équivaut à signer son crime. Dans sa cavale, Kel n'aura d'autre choix que de décoder le manuscrit. Et déjouer le complot, qui en haut lieu, menace les valeurs ancestrales d'une Egypte livrée aux usurpateurs..."

 

Mon avis :

 

J'ai apprécié ce roman qui nous amène tout doucement vers la vérité. Malheureusement, j'avais oublié qu'il y avait un deuxième tome et ai été déçue quand je suis arrivée à la fin de celui-ci. En fait, L'intrigue avance très peu. Elle se complique au fur et à mesure, et je me suis emmêlée les pinceaux avec les personnages... Qui est gentil ? Qui est méchant ? Qui tient avec qui ? Parfois on croit que quelqu'un est l'ennemi de Kel et en fait il s'avère qu'il est sont allié... J'avoue que ça renforce le suspense, mais à force, on s'y perd... Je ne me suis pas ennuyée à lire ce livre, mais j'ai parfois trouvé l'histoire trop longue... On a parfois l'impression de tourner en rond, comme le héros, à chercher les responsables de ce complot. Ca en devient parfois pénible je trouve...
A part ce désagrément, il y a une histoire d'amour en parallèle qui naît entre le héros et la pretresse Nitis. C'est un peu un amour interdit. kel s'éprend de la jeune femme, mais leur histoire n'est pas développée car ce n'est qu'une histoire secondaire dans l'intrigue... Elle se développera peut-être davantage dans le deuxième tome. Je l'espère tout au moins.
En ce qui concerne les descriptions, je ne les ai pas trouvées suffisantes. Je m'attendais à une représentation plus poussée des lieux et de l'atmosphère qui régnait en ce temps-là... Je trouve cela dommage, car je n'ai pas trop réussi à m'imaginer les scènes lorsque je lisais.  

Malgré ces quelques points négatifs, j'ai envie de connaître la suite, parce qu'on a vraiment envie de savoir comment s'en sortira ce jeune scribe...

Ma note : ♥♥♥♥/♥♥♥♥♥
  

 

http://storage.canalblog.com/95/90/350527/55947565_p.jpg

 


Logo Livraddict

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:20

Les enfants de la Terre, tome 1 : Le clan de l'ours des cavernes, Jean-Marie Auel

Editions : Presses de la Cité

Collection : Pocket

Pages : 537

Pourquoi j'ai choisi ce livre : Ce livre m'a été prêté par une de mes collègues qui me l'a vivement conseillé.

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv55169080.jpg

 

Résumé perso :

 

Ayla est trè jeune lorsqu'elle se retrouve seule à la suite d'un tremblement de terre. Elle part donc à la recherche de nourriture et se fait attaquer par un lion. Elle parvient à se réfugier dans une cavité afin d'échapper au lion. Le lion ne parvient pas à la tuer mais réussit tout de même à la griffer à la cuisse. Une fois le lion parti, Ayla sort de sa cachette et repart en quête de se nourrir. Mais elle tombe inanimée, trop faible pour continuer... Elle est retrouvée par Iza, la guérisseuse du clan de l'ours des cavernes. La jeune fille est acceptée par ce clan malgré leurs différences. Ayla doit ainsi apprendre leur façon de vivre, leur manière de se comporter, leurs coutumes, leurs traditions. Elle est jeune et apprend vite. Cependant, Creb, le sorcier remarque qu'elle reste par certaines façons de penser et de se comporter différente du clan. Elle s'attire la haine de Broud, fils de la compagne du chef...

 

Mon avis :

 

J'ai adoré ce livre. Le personnage d'Ayla est vraiment attachant et la différence entre elle et les autres est vraiment intéressante aussi bien physiquement que mentallement. Iza, Creb et Brun sont vraiment tout aussi attachants car ils comprennent qu'Ayla est différente et ils doivent donc agir en conséquence avec la jeune fille. 

L'écriture est vraiment bien menée. Je ne me suis jamais ennuyée en lisant ce livre car les événements se succèdent sans coupure. Les yeux glissent sur les lignes et on a très envie de connaître la suite. On est plusieurs fois inquiets pour le sort d'Ayla et cela nous mets sens dessus dessous. J'ai eu les larmes aux yeux à deux reprises. L'auteur réussit à nous émouvoir avec ce petit bout de femme qu'est Ayla. De plus les scènes sont vraiment bien décrites. On découvre beaucoup sur les plantes et les remèdes des guérisseuses, la chasse, les comportements des femmes envers les hommes et inversement. Les traditions sont vraiment ancrées dans ce clan et on remarque l'évolution des comportements face à la différence. Oui, Ayla est différente, mais elle réussit à se faire accepter malgré ces différences. Les autres personnages s'y attachent ainsi que le lecteur. Ce thème d'acceptation des différences est récurrent dans ce roman.

J'ai en tout cas bien envie de connaître la suite de ce premier tome. Il y en a cinq... Je ne lirai pas le deuxième tome tout de suite, mais je vous en parlerez quand je le lirai...

 

Ma note : ♥♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

 

http://storage.canalblog.com/95/90/350527/55947565_p.jpg

 

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:33
Dans la tanière du loup de Traudl Junge
Editions : Lattès
Pages : 307
Genre : histoire du 20ème siècle à nos jours

Pourquoi ce livre ? Parce qu'on me l'a donné, qu'il est dans ma Pal, et que pour une fois je voulais lire quelque chose d'instructif...



4ème de couverture :
Les souvenirs inédits et bouleversants de la secrétaire d'Hitler, qui ont inspiré le film La Chute. Une jeune fille de 22 ans, qui rêve d'une carrière de danseuse, voit son destin bouleversé quand se présente en 1942 la "chance de sa vie" : Adolf Hitler lui demande de faire un test de dictée. Jusqu'à la mort du Führer, elle fut constamment à son côté, dactylographia ses discours, ses lettres, son testament, et l'accompagna dans ses derniers moments. Pendant toute la guerre, elle a, sans le savoir, participé à la plus monstrueuse des entreprises de destruction humaine. Tout commence par cette rencontre surprenante : elle qui attendait un tribun vociférant découvre "un monsieur souriant et délicat, à la voix douce et modulée"... Elle sera donc heureuse dans son travail, protégée par une figure paternelle, tenue à l'écart des opérations les plus secrètes. Quand les doutes surgiront, elle s'interdira d'aller plus loin dans l'investigation. Par loyauté autant que par confort, elle deviendra l'incarnation de ce que Hannah Harendt nommait la "banalité du mal". Traudl Junge aura passé plus de cinquante ans de sa vie à essayer de comprendre son aveuglement. L'honnêteté de son témoignage et son absence de complaisance envers elle-même concourent à faire de ce récit un document capital. Est-on innocent quand on ne sait pas, ou est-on coupable de ne pas savoir ? Traudl Junge est née en mars 1920 à Munich. Absoute par les alliés en 1947, elle consigne alors ses souvenirs dans des cahiers qu'elle ne consentira à rouvrir qu'en 2001, à la suite de sa rencontre avec Melissa Müller. Elle meurt en février 2002, au moment de la sortie de son livre en Allemagne.

Mon avis :  Livre pas assez "croustillant" pour moi... J'ai trouvé ce livre trop soft... Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à trouver plein de petits détails sur les actes d'Hitler, de savoir ce qu'il avait fait pendant le 3ème Reich... Au lieu de cela, on trouve de trop longues descriptions des bâtiments, des locaux (ça casse la lecture... ), de la vie personnelle d'Hitler, vu sous un autre angle. Ce n'est pas plus mal de voir qu'il était apparemment un gentleman avec les femmes, qu'il adorait son chien,qu'il était végétarien, et qu'il avait les yeux fragiles et n'aimait pas la lumière forte, qu'il préférait une ambiance tamisée, ... Ses secrétaires ne savaient pas vraiment pour qui elles travaillaient. Elles admiraient Hitler parce qu'elles ne connaissaient pas vraiment les affrosités qu'il causait. Traudl Junge prend finalement conscience à partir du moment où Hitler se suicide qu'en fait il est lâche d'avoir abandonné ainsi son peuple, qu'il n'était pas aussi bon qu'avec son entourage au Berghof, à la tanière du loup, etc... Enfin, voilà, donc pour résumer ce livre, je l'avais imaginé autrement. Il m'a surpris, mais pas forcément en bien. Je suis un peu déçue car je ne m'attendais pas à cela. Maintenant, il est très bien et il reste très instructif au point de vue humain.
Je suis donc un peu déçue de ma lecture car le livre est parfois long de descriptions trop détaillées des endroits où a vécu le führer. Ce ne sont pas les bâtiments qui m'intéressent mais le bonhomme. On en apprend certes un peu sur ses qualités humaines mais on le voit à travers les yeux d'une personne qui l'idéalise. Certes, c'est un autre point de vue, mais ce n'est pas suffisant pour calmer la curiosité d'une lectrice telle que moi... L'auteur fait aussi parfois erreur dans la chronologie des événements, car le livre a été rédigé après coup... Disons qu'on est un peu embrouillés parfois. Mais Melissa Müller corrige le récit par ses notes, ce qui nous permet d'avoir un meilleur aperçu de l'histoire.

En tout cas, pour moi, comme comme récit, il y a mieux...


Ma note : ♥♥♥ / ♥♥♥♥♥



Pal :
Depuis le 17 septembre :
Lus : 1
Achetés, eus en cadeau : 0
Reste à lire : 176

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 05:30
Simon et l'enfant de Joseph Joffo

Genre : roman historique

Edition : Jean-Claude Lattès

Pages : 253




Résumé : 4 ème page de couverture :

Paris, 1942. Franck, dix ans, vit à Montmartre avec sa mère, qu'il adore, et Simon, qu'il déteste.
Simon, qui n'est pas son père, Simon qui, croit-il, lui vole l'affection de sa mère. Simon qui se cache, parce qu'il est juif.
Mais le destion va les contraindre à faire alliance. Et des champs de courses de Paris aux maquis de Savoie, d'un orphelinat au camp de Drancy, ils devront affronter, ensemble, une série d'aventures toujours pittoresques, prfois tragiques.
Enfin Simon et l'enfant, entre l'adulte un peu voyou et le gamin top vite grandi va naître d'abord une estime réciproque, puis une amitié plus forte que la guerre...
Un roman émouvant et malicieux, frais et enjoué, où l'on retrouve toute la verve et la sincérité qui firent le duccès de Un sac de billes.

Mon avis : Très beau roman. Les personnages sont attachants. On s'émeut devant cette relation qui devient au fur et à mesure des pages une relation de complicité.
 
Ma note : ♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

PS : j'ai lu ce livre il y a pas mal de temps, je ne saurais détailler plus mon av is...
Repost 0
Published by Bookybook - dans Roman historique
commenter cet article

Présentation

  • : Côté livres
  • Côté livres
  • : Côté livres va découvrir de nouveaux horizons grâce à ses lectures. Avez-vous envie de prendre part au voyage ? Il reste une place dans sa valise, profitez-en ;o)
  • Contact

Livre(s) en cours de lecture...

 

Recherche

Archives