Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 16:20

Partie sans laisser d'adresse,  d'Elizabeth Forsythe Hailey

Editions : Presse de la Citée

Pages : 296

Pourquoi j'ai lu ce livre ? Pour mon challenge Libère ta Pal, lettre H 

 

Résumé (4ème de couverture) :

 

"Selon un rituel immuable depuis vingt-cinq ans de mariage, Kate Hart prépare le réveillon de Noël, qu'elle doit passer en compagnie de son mari, réalisateur de films, dans leur villa cossue de Los Angeles. C'est ce soir-là précisément que Cliff lui annonce son intention de divorcer... et que le destin frappe à sa porte en la personne de Ford, un fermier réduit au chômage, qui vient de tomber en panne devant chez elle.
Kate lui offre spontanément l'hospitalité, ainsi qu'à sa femme Sunny et à ses enfants, en échnage de l'entretien de sa maison, désormais trop grande pour abriter sa solitude. Leur cohabitation ne sera pas toujours aisée - Sunny soupçonnant Kate d'attendre du séduisant Ford un peu plusq que e que l'on demande d'ordinaire à un homme à tout faire- , mais cette rencontre sera pour les uns et les autres le point de départ d'une nouvelle vie. Sunny et Ford sortiront plus forts et plus unis que jamais de cette épreuve ; quant à Kate, qui ne s'était jamais aventurée hors de son ghetto doré, elle découvrira le monde désespéré des "sans domicile fixe", auxquels elle décidera de consacrer désormais son temps et son énergie."

 

Mon avis :

 

Un bon roman qui se lit tout seul. Bien entendu, on voit que ça ne reste qu'un roman, parce que dans la vraie vie, ce genre de choses n'arrive jamais. Cela reste idyllique... On n'accueille pas des inconnus comme ça chez soi, avec tout ce qu'on entend... Je trouve aussi dommage que la situation reste en suspens à la fin... On ne sait pas ce qu'il advient de beaucoup de choses, et je trouve que cette fin est quelque peu bâclée... On parle d'un projet, mais on ne voit pas sa réalisation, et on n'en voit que l'ébauche... On se demande comment cela est réalisable...

Sinon, les personnages sont sympatiques mais pas assez creusés... En effet, on peut comprendre la réticence de Sunny envers son hôtesse, ainsi que sa méfiance. Il est vrai qu'une question se pose dans ce roman : pourquoi Kate veut-elle les aider ? Un geste gratuit de nos jours, sans rien attendre en retour est quelque peu bizarre, et c'est ce que Sunny pense justement. Aussi se méfie-t-elle... Mais encore une fois, rien n'est trop développé à ce sujet, et une fois Sunny est en colère contre Kate, une autre fois elle est gentille avec elle. On ne comprend pas trop ses sautes d"humeur, et je trouve cela incohérent.

En gros, le thème est pris assez légèrement, et les solutions sont vite trouvées, ce qui permet au lecteur de se détendre, ce qui n'est pas plus mal...

 

Ma note : ♥♥♥♥ / ♥♥♥♥

 

CHALLENGE LIVRE A-Z bookybook

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:41
Les fourmis de Bernard Werber
Éditions : Albin Michel
Collection : livre de poche
Pages : 313
Pourquoi j'ai choisi ce livre ? Parce qu'une collègue me l'a prêté pour les vacances cet été.



Résumé 4ème de couverture :

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destructrices. Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Jonathan Wells est loin de se douter qu'il va à leur rencontre. A sa suite, nous allons découvrir le monde fascinant de ces "infraterrestres", au fil d'un thriller unique en son genre, où le suspense et le mystère reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses.

Mon avis :

Wouah ! J'ai vraiment bien aimé ce roman. Je craignais qu'il ne soit ennuyeux, basé sur des faits scientifiques, inintéressant... Je me trompais. Le monde des fourmis m'était totalement inconnu. J'ai appris plein de choses tout en appréciant la lecture de ce livre. Il n'est ni pénible, ni long à lire. On a envie d'en savoir plus. Les histoires s'entremêlent et on progresse dans l'histoire des fourmis aussi bien que dans l'histoire des humains. On passe d'un histoire à l'autre comme ça, sans transition. Cela donne un bon rythme de lecture et nous donne aussi surtout l'envie d'avancer et d'en savoir plus. On rencontre les fourmis rousses et de leur Cité interdite, la cave de l'oncle Edmond dont personne n'en ressort... On se doute que les deux sont liées, mais on ne sait pas vraiment de quelle manière... Ce n'est vraiment qu'à la fin qu'on découvre la vérité, une vérité plutôt bien ficelée !
Un lexique est donné à la fin pour tous les mots en italique rencontrés lors de la lecture.
Il y a d'autres livres faisant partie de cette saga : Le jour des fourmis, La révolution des fourmis. Si j'ai l'occasion de les lire, ça me plairait beaucoup je pense ! Je n'aurais pas cru que le monde des fourmis me plaise autant !!

Ma note : ♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥
http://storage.canalblog.com/95/90/350527/55947565_p.jpg
Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:39

Les prisonnières de Pharon, Serge Brussolo
Editions du masque
318 pages


Résumé 4ème de couverture :

"Que faire quand on se retrouve prisonnière d'un harem perdu aux confins du désert, encerclée par les tempêtes de sable et les mirages trompeurs ?
Comment échapper aux pièges de cet univers où le crime rôde chaque nuit, cherchant une victime parmi les dormeuses du sérail ?
Comment rester en vie quand on est livrée, pieds et poings liés, à un prince reclus, dont les fièvres ont ravagé l'esprit ?

Grand maître du mystère, Serge Brussolo ouvre pour ses lecteurs les portes d'un univers trouble où le danger guette le promeneur imprudent à chaque coin d'ombre.
Quand les mille et une nuits se changent en mille et un cauchemars ! "

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai dévoré. Le début est très bien décrit, et on impatiente de rentrer vraiment dans le vif de l'action. Le suspense est gardé jusqu'au bout et on ne s'attend pas à la fin de l'histoire. L'action est toujours renouvelée et le mystère reste bien gardé ! Les personnages sont bien travaillés et renforcent le mystère du livre. Pour moi, je me suis vraiment plongée dans le livre lorsque Anouna est arrivée au sérail. Son enquête lui permet de mettre le doigt sur d'autres mystères plus profonds... Mais je vous les laisse découvrir par vous-même...
En bref, je ne connaissais pas cet auteur, mais je l'apprécie vraiment beaucoup !

Ma note : ♥♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:38

Dernières lueurs avant la nuit de Serge Brussolo
Editions : France Loisirs
Collection : Flammarion
Pages : 478



Résumé :
Source

Enlevé à l'âge de trois ans par un couple sans enfant, Robin a vécu sept années d' un bonheur sans mélange, en marge de la réalité, dans un décor de conte de fées. Hélas, les kidnappeurs n'apprécient que les petits enfants. Le temps est venu pour eux de congédier Robin, devenu trop grand à leur goût, afin de se consacrer à un nouveau bébé dont l'enlèvement est déjà programmé.
Reconduit dans sa vraie famille - des paysans puritains du Midwest - le petit garçon doit désormais se résigner à vivre avec des étrangers dont le modeste train de vie le prive des merveilles auxquelles l'avaient habitué ses ravisseurs. Pire, son grand-père, prédicateur rigoriste, le considère avec une extrême suspicion. Commence alors pour Robin un affrontement cruel qui prendra une tournure imprévisible et finira par jeter l'enfant sur les routes des États-Unis en compagnie d'un jeune psychopathe armé et dangereux.

Mon avis :

Livre intéressant mais perturbant... J'ai bien aimé ce livre mais quelque part, il m'a dérangé. Peut-être y a-t-il trop d'histoires de psychologie là-dedans. Les personnages sont vraiment bien travaillés. L'histoire l'est tout aussi bien. Mais je garde mon blocage sur la psychologie des personnages... On croit Robin fou alors qu'il ne l'est pas, et on croit Dexter fou, mais pas dangeureux alors qu'il l'est. Les personnages tels que Sandy se font avoir, et sont en quelques sortes vulnérables. Ici, ce sont en quelques sortes les fous qui gagnent. Robin quant à lui, ne retrouvera pas son équilibre mental nécessaire. Et on ne connaît pas trop ses pensées à la fin du livre... Tout compte fait, il est de nouveau captif. Une autre forme de captivité certes, mais on se retrouve tout compte fait presque comme au point de départ... On a l'impression de tourner en rond. On espère pour Robin une vie meilleure, disons moins perturbante pour un gamin de son âge mais l'auteur en a décidé autrement. Ceci dit, Robin est un personnage à fort caractère, et il a très bien réagi face aux différentes mésaventures qui le touchent tout au long du roman. Chapeau gamin !!

Ma note : ♥♥♥ / ♥♥♥♥♥

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:36
L'âge de raison de Helen Fielding
Collection J'ai lu
Editions : Albin Michel
Pages : 405



Résumé : (4ème de couverture)

"Hourra ! Finies, les années de solitude. Depuis quatre semaines et cinq jours, entretiens relation fonctionnelle avec adulte mâle, prouvant par conséquent que je ne suis pas paria de l'amour comme craint précédemment."
Voici la suite tant attendue de l'irrésistible journal de Bridget Jones, la célibataire la plus drôle de la planète. Où elle découvre à quel point l'important n'est pas de trouver un prince charmant, mais surtout de le garder !
Nous retrouvons les tribus de copines, les Célibattantes et les Mariées-Fières-de-l'Être, les parents à côté de la plaque... et ses éternelles bonnes résolutions (perdre au moins cinq kilos, arrêter de fumer et de boire du chardonnay), qui font de cette aventurière des temps désespérément modernes notre névrosée préférée.

Mon avis :

Très bon livre pour rire et se détendre pendant les vacances ! J'ai ri. C'est incroyable le nombre de mésaventures que peut rencontrer notre Bridget ! Je me reconnais parfois dans ses actes, comme faire des listes et prendre de bonnes résolutions qui ne tiennent jamais bien longtemps ! Mais c'est ça qui est drôle ! Combien de fois s'est-elle dit : allez, je vais faire ça... ou plutôt je le ferais dans 5 minutes... Et allez à la gym !! C'est tout à fait moi ça ! Bon allez, cette semaine je vais à la gym... Ah pas aujourd'hui... Demain ! Et la semaine passe et on n'est toujours pas allées à la gym ! Voilà pourquoi j'aime Bridget, elle est tout à fait humaine ! Bon, les trucs qui lui arrivent sont parfois invraisemblables, mais elle se débrouille toujours pas mal et ne s'effondre pas ! Et ce qui est de pas mal aussi : ses copines la soutiennent toujours ! Elle ne passe pas une semaine sans les voir. Enfin, j'ai adoré ce livre ! Un livre de filles, normal ;op

Ma note : ♥♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥
Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:32
La captive de l'hiver de Serge Brussolo
Collection livre de poche
Editions du masque
Pages : 315

http://www.images-chapitre.com/ima0/newbig/068/1045068_3020652.jpg

Résumé (4ème de couverture)

Pourquoi les Vikings ont-ils traversé les mers pour enlever Marion, l'ymagière qui sculpte des vierges de pierre au fond d'une abbaye de la côte normande ? Pourquoi les guerriers de la mer sont-ils terrifiés pas cette jeune femme, au point de lui emprisonner les mains dans des gantelets d'acier ?
C'est un univers gouverné par d'étranges superstitions qui attend Marion au-delà des glaciers. Là, elle doit veiller sur les divinités du clan au péril de sa vie, et se défier des intrigues que la jalousie fait naître autour d'elle. car certains détestent cette "sorcière" venue de France, et multiplient les complots pour ruiner son crédit.
Marion triomphera-t-elle des rites barbares du peuple des neiges, ou finira-t-elle pas succomber aux dangereux secrets qu'elle a commis l'erreur de mettre au jour ?

Mon avis :

J'ai apprécié ce roman qui décrit le monde des Vikings ainsi que leurs croyances. Bien évidemment, il s'agit là de croyances propres à un clan de Vikings. Tout le monde ne partage pas les mêmes superstitions. Le chef de ce clan a en fait perdu la tête et embarque son clan dans de nombreuses aventures à cause de sa folie profonde... D'ailleurs je suis bien étonnée de sa mort très bête... Enfin, je n'en dirai pas plus sur sa mort. Marion, elle, arrive dans ce clan et ignore tout de leur façon de vivre et d'agir. Elle en découvre tous les jours et apprend quelques mots de leur langue grâce à sa servante. Quant à ses mains, elles ne serviront qu'à la sculpture dorénavant. Les utiliser pour tout autre chose lui est interdit. Elle porte donc des gants de fer. Sa servante en détient la clef.
Donc Marion arrive dans un monde de barbare avec des superstitions bizarres... Elle finit par réussir à comprendre leur monde et anticipe même leurs réactions. Elle parvient à déjouer plusieurs pièges qui lui sont tendus. L'avant-dernière mésaventure qui lui arrivera la jettera dans les bras de l'homme qu'elle aura fini par aimer. Mais le livre se termine peu après. Une fin un peu décevante si on veut que le livre se termine par une pointe d'amour...
Le livre est bien découpé et il ne se passe pas un chapitre sans de nouvelles péripéties. On n'est jamais mis en attente d'action dans ce livre. On ne poiraute pas sans rien se mettre sous la dent. Il n'y a pas de longues descriptions ennuyeuses qui nous donnent l'envie d'arrêter la lecture. Moi, avec ce livre, je ne me suis pas du tout ennuyée en le lisant !

Ma note : ♥♥♥♥♥ / ♥♥♥♥♥
Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:29

Pèlerins des ténèbres, Serge Brussolo
Editions du masque
Pages : 286
Livre prêté par une collègue




Résumé 4ème de couverture :

Enfermé dans une cage en fer, dans les oubliettes d'une abbaye, un moine dément raconte que le pèlerinage dont il avait la charge s'est terminé en enfer. Le diable, affirme-t-il, a emporté tous ceux qui l'accompagnaient.
Que se passe-t-il en réalité dans les montagnes où serpente l'interminable route menant aux reliques de saint Gaudémon, martyr jadis supplicié par Caligula, l'empereur fou ? Une chose est sûre, beaucoup de gens disparaissent et les sommets semblent habités par des créatures de légende qui ont fait des pèlerins leur gibier quotidien.
Quel secret, quel complot hérétique tente-t-on de dissimuler sous le masque de la superstition ?
Marion, la jeune tailleuse d'ex-voto, sera-t-elle plus chanceuse que ceux qui l'ont précédée sur les chemins du mystère... ou succombera-t-elle, à son tour, aux sortilèges du pèlerinage maudit ?

Mon avis :

Livre très long qui n'avance pas vite dans l'intrigue... J'ai mis du temps à le lire. Je ne le trouve pas très intéressant et ne le recommande pas... Il n'y a pas de suspense qui vous prend au ventre et qui vous fait dévorer le livre... Les histoires de saint Gaudémon sont inintéressantes, et la narration du pèlerinage me paraît trop longue. Bref, ce livre m'a ennuyée, et il traîne en longueur. Ce n'est pas le meilleur de Brussolo, loin de là. J'ai prépféré La captive de l'hiver, du même auteur et qui est la suite de ce livre. Ceci dit, ce n'est que mon avis, si vous l'avez lu, je serais bien contente de connaître votre opinion sur ce roman...

Ma note :  ♥ /♥♥♥♥♥

Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 12:20
Firmin, de Sam Savage
Genre : Roman et fiction romanesque
Editions : Actes Sud
Pages : 202
Pourquoi j'ai choisi ce livre : Parce que j'étais intriguée par le fait qu'un rat aime lire, et que la critique disait que si on aimait les livres, alors il fallait lire ce bouquin. Moi-même étant fan de librairie, j'ai aimé ce livre...

http://www.jpa.ch/couvfirmin.jpg

Résumé 4ème de couverture :


"Autobiographie d'un grignoteur de livres, Firmin raconte
l'histoire d'un rongeur érudit qui a vu le jour dans les sous-sols
d'une librairie de Scollay Square, vieux quartier en péril du Boston
des années 1960. Plein d'appétit pour les mots, épris de nourritures
spirituelles autant que terrestres, Firmin ne peut communiquer tous ses
coups de coeur ni exprimer ses détresses, et voit avec révolte se
déliter sa race comme son quartier, cernés par l'incompréhension des
hommes et par les mécanismes du profit. Mais la rencontre avec un romancier marginal le sauve
du pessimisme ambiant. Superbe hommage aux valeurs de l'écrit et aux
singularités de toutes espèces, l'aventure de Firmin est aussi un
fabuleux trait d'union entre littérature, exclusion et résistance."

Mon avis :
  ♥♥♥♥ /♥♥♥♥♥

Livre original. On découvre le point de vue d'un rat érudit. Il découvre le monde et nous découvrons ses points de vue sur le monde qui l'entoure. Il passe par de nombreuses déceptions mais ne se torture pas l'esprit avec celles-ci. Il passe à autre chose et va de l'avant. Il est marginal et c'est pour cette raison qu'il reste seul dans cette librairie... Il parviendra toujours à s'en sortir. Il aime le monde humain et essaye de se lier d'amitié avec les humains, ce qui peut lui jouer parfois de vilains tours...
J'ai bien aimé la simplicité de ce livre, le récit est agréable et clair. Je ne suis pas une seule fois ennuyée dans cette lecture.

Ma note : ♥♥♥♥
Repost 0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 17:38
La muette de Chahdortt Djavann
Edition : Flammarion
Collection : littérature française Flammarion
Pages : 117
Genre : roman et fiction romanesque
Pourquoi j'ai choisi ce livre : Trouvé à la bibliothèque pendant ma permanence, pour passer le temps. Mon critère de sélection a été : il est court, une centaine de pages, c'est ce qu'il me faut...



Résumé 4ème page de couverture :
" j'ai quinze ans, je m'appelle fatemeh mais je n'aime pas mon prénom.
Je vais être pendue bientôt... "
L'amour fusionnel d'une adolescente pour sa tante muette, l'amour passionné de celle-ci pour un homme tournent au carnage dans l'iran des mollahs. chahdortt djavann fait un récit court, incisif et dénué de tout artifice. écrite dans un cahier, par une adolescente de quinze ans en prison. la muette est une histoire qu'on n'oublie pas.

Mon avis : Livre très cru et tellement prenant. Je l'ai lu pratiquement d'une traite. ON se deande dès le début pourquoi la narratrice va être pendue et on lit son histoire avec curiosité, pitié, et même colère... La vie des demmes en Iran est des plus injustes. On est témoin de sa vie, et on est révolté à l'idée que des femmes puissent vivre de pareilles choses... Le pire c'est que la narratrice n'as que 15 ans et elle vit de genre de choses... Je ne révèlerai pas le pourquoi de sa future pendaison, je vous laisse le découvrir par vous même. En tout cas je peux vous dire que ce livre nous montre la cruauté des règles pratiquées en Iran, comme les mariages forcés, le port du voile, la supériorité des hommes... Ces moeurs sont malheureusement des traditions bien ancrées dans les villages et les moeurs et coutumes sont affreuses. On est pendu pour un oui ou pour un non. La narratrice a peut-être mérité sa pendaison mais des événements extérieurs me font totalement comprendre son geste. J'en aurais sûrement fait autant, voire pire... Je me serais rebellée bien avant mais je crois que dans ces pays-là, on se laisse malmener, on se laisse faire, et le caractère des femmes n'est pas le même. une femme doit obéissance à l'homme. Les moeurs ne sont pas du tout les mêmes et la vie n'est pas du tout la même. Les femmes sont élevées et doivent se soumettre aux hommes. Chez nous occidentaux, les moeurs ont changé, et heureusement ! Je me demande ce que j'aurais fait et comment je me serais comporté dans son cas... Nous voyons aussi un exemple de rébellion dans ce roman. Et certes, la pendaison est appliquée. Et encore, sa peine a été réduite à la pendaison, je vous cache les affrosités qu'on lui a épargnées !

Bref, ce livre est très poignant et très cru... Très touchant... Surtout dû au fait que cette histoire a été vécue par une enfant...

Ma note : ♥♥♥♥♥/♥♥♥♥♥
Repost 0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 15:17
Val de Grâce de Colombe Schneck
Collection : bleue stock
Editions : Stock
Pages : 139
Genre : roman : fiction romanesque

Pourquoi j'ai choisi ce livre ? J'étais à la bibliothèque et je l'ai choisi sur la table des nouveautés pour passer le temps. Il est court et les premières pages m'ont parlé et m'ont inscitée à poursuivre ma lecture...



Résumé :

Est-ce qu'on me pardonnera d'avoir été aimée à ce point ? se demande la narratrice. Est-ce qu'on lui pardonnera la chance inouïe d'avoir passé les vingt-trois premières années de sa vie au « Val de Grâce » ? Comment oublier 200 mètres carrés dans un immeuble haussmanien, rue du Val de Grâce, au coeur de la capitale ? Comment oublier les odeurs, le toucher d'un appartement dont on connaît le moindre recoin, la moindre éraflure ? Les nombreux meubles, l'accumulation des objets, l'originalité des décors, le papier doré et argenté des murs ? Comment oublier l'enfance heureuse, préservée, qui donne droit à tout : aux confiseries et à la boulangerie à compte ouvert ; à la patience de Madame Jacqueline ; aux rêves de princesse de contes de fées ? Au Val de Grâce, tout devient beau, tout y est magique. Tout paraît éternel. Les enfants ne voient pas le manque d'argent. L'usure, le temps qui passe. On ne leur raconte pas la douloureuse histoire familiale, les parents juifs immigrés fuyant la Shoah. Mais cette histoire a son terme au bout de vingt ans. La disparition de la mère sonne la dernière fête, puis la liquidation du Val de Grâce. C'est l'enfance qui s'en va, les traces des parents, les souvenirs joyeux. Chez soi, en soi, on conserve un mini Val de Grâce, de précieuses reliques. Un jour, alors que la vie est en miettes, on comprend qu'il faut liquider Val de Grâce, le faire revivre une dernière fois pour mieux refermer la porte sur le passé. (source : Chapitre.com)

Mon avis : Un très beau livre. Le style est plutôt bref, mais cela accentue les nombreuses choses que la narratrice nous énumère. Ses souvenirs se bousculent tout comme ses mots. Les souvenirs de la narratrice remplissent le roman de satisfaction, de joie, de contentement. Cette petite fille qu'est la narratrice était quelqu'un d'écouté, de gâtée pourrie, d'égoïste. Elle a eu la chance d'avoir un père qui satisfaisait tous ses caprices. Tout lui était dû, et c'était normal pour elle. Elle a été aimée. Sa mère est décédée d'une tumeur au cerveau. Il a fallu se séparer du Val de Grâce. L'appartement entier est passé en revue. Les souvenirs aussi et les personnes qui y vivaient. Ce roman est un tas de souvenirs. J'ai beaucoup aimé le style de ce roman. On se met à la place de la narratrice et on s'y croirai. On se met tour à tour dans la tête d'une petite fille et d'une jeune femme qui vient de perdre sa mère et aussi la maison de son enfance. Il faut tout recommencer. Il n'y a pas de dispute pour récupérer les vieilles choses que contenait la maison. On garde des choses comme pour se rappeler le bon vieux temps. Un livre plein de mélancolie, mais une mélancolie sans regret. Le val de Grâce a connu un moment d'apogée, puis un déclin. La narratrice en retient qu'elle a été aimée, tout simplement...

Ma note : ♥♥♥♥/♥♥♥♥♥ Je ne mets pas 5♥ parce que j'ai trouvé le roman un peu longuet au début...
Repost 0

Présentation

  • : Côté livres
  • Côté livres
  • : Côté livres va découvrir de nouveaux horizons grâce à ses lectures. Avez-vous envie de prendre part au voyage ? Il reste une place dans sa valise, profitez-en ;o)
  • Contact

Livre(s) en cours de lecture...

 

Recherche

Archives