Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 17:38
La muette de Chahdortt Djavann
Edition : Flammarion
Collection : littérature française Flammarion
Pages : 117
Genre : roman et fiction romanesque
Pourquoi j'ai choisi ce livre : Trouvé à la bibliothèque pendant ma permanence, pour passer le temps. Mon critère de sélection a été : il est court, une centaine de pages, c'est ce qu'il me faut...



Résumé 4ème page de couverture :
" j'ai quinze ans, je m'appelle fatemeh mais je n'aime pas mon prénom.
Je vais être pendue bientôt... "
L'amour fusionnel d'une adolescente pour sa tante muette, l'amour passionné de celle-ci pour un homme tournent au carnage dans l'iran des mollahs. chahdortt djavann fait un récit court, incisif et dénué de tout artifice. écrite dans un cahier, par une adolescente de quinze ans en prison. la muette est une histoire qu'on n'oublie pas.

Mon avis : Livre très cru et tellement prenant. Je l'ai lu pratiquement d'une traite. ON se deande dès le début pourquoi la narratrice va être pendue et on lit son histoire avec curiosité, pitié, et même colère... La vie des demmes en Iran est des plus injustes. On est témoin de sa vie, et on est révolté à l'idée que des femmes puissent vivre de pareilles choses... Le pire c'est que la narratrice n'as que 15 ans et elle vit de genre de choses... Je ne révèlerai pas le pourquoi de sa future pendaison, je vous laisse le découvrir par vous même. En tout cas je peux vous dire que ce livre nous montre la cruauté des règles pratiquées en Iran, comme les mariages forcés, le port du voile, la supériorité des hommes... Ces moeurs sont malheureusement des traditions bien ancrées dans les villages et les moeurs et coutumes sont affreuses. On est pendu pour un oui ou pour un non. La narratrice a peut-être mérité sa pendaison mais des événements extérieurs me font totalement comprendre son geste. J'en aurais sûrement fait autant, voire pire... Je me serais rebellée bien avant mais je crois que dans ces pays-là, on se laisse malmener, on se laisse faire, et le caractère des femmes n'est pas le même. une femme doit obéissance à l'homme. Les moeurs ne sont pas du tout les mêmes et la vie n'est pas du tout la même. Les femmes sont élevées et doivent se soumettre aux hommes. Chez nous occidentaux, les moeurs ont changé, et heureusement ! Je me demande ce que j'aurais fait et comment je me serais comporté dans son cas... Nous voyons aussi un exemple de rébellion dans ce roman. Et certes, la pendaison est appliquée. Et encore, sa peine a été réduite à la pendaison, je vous cache les affrosités qu'on lui a épargnées !

Bref, ce livre est très poignant et très cru... Très touchant... Surtout dû au fait que cette histoire a été vécue par une enfant...

Ma note : ♥♥♥♥♥/♥♥♥♥♥
Repost 0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 15:17
Val de Grâce de Colombe Schneck
Collection : bleue stock
Editions : Stock
Pages : 139
Genre : roman : fiction romanesque

Pourquoi j'ai choisi ce livre ? J'étais à la bibliothèque et je l'ai choisi sur la table des nouveautés pour passer le temps. Il est court et les premières pages m'ont parlé et m'ont inscitée à poursuivre ma lecture...



Résumé :

Est-ce qu'on me pardonnera d'avoir été aimée à ce point ? se demande la narratrice. Est-ce qu'on lui pardonnera la chance inouïe d'avoir passé les vingt-trois premières années de sa vie au « Val de Grâce » ? Comment oublier 200 mètres carrés dans un immeuble haussmanien, rue du Val de Grâce, au coeur de la capitale ? Comment oublier les odeurs, le toucher d'un appartement dont on connaît le moindre recoin, la moindre éraflure ? Les nombreux meubles, l'accumulation des objets, l'originalité des décors, le papier doré et argenté des murs ? Comment oublier l'enfance heureuse, préservée, qui donne droit à tout : aux confiseries et à la boulangerie à compte ouvert ; à la patience de Madame Jacqueline ; aux rêves de princesse de contes de fées ? Au Val de Grâce, tout devient beau, tout y est magique. Tout paraît éternel. Les enfants ne voient pas le manque d'argent. L'usure, le temps qui passe. On ne leur raconte pas la douloureuse histoire familiale, les parents juifs immigrés fuyant la Shoah. Mais cette histoire a son terme au bout de vingt ans. La disparition de la mère sonne la dernière fête, puis la liquidation du Val de Grâce. C'est l'enfance qui s'en va, les traces des parents, les souvenirs joyeux. Chez soi, en soi, on conserve un mini Val de Grâce, de précieuses reliques. Un jour, alors que la vie est en miettes, on comprend qu'il faut liquider Val de Grâce, le faire revivre une dernière fois pour mieux refermer la porte sur le passé. (source : Chapitre.com)

Mon avis : Un très beau livre. Le style est plutôt bref, mais cela accentue les nombreuses choses que la narratrice nous énumère. Ses souvenirs se bousculent tout comme ses mots. Les souvenirs de la narratrice remplissent le roman de satisfaction, de joie, de contentement. Cette petite fille qu'est la narratrice était quelqu'un d'écouté, de gâtée pourrie, d'égoïste. Elle a eu la chance d'avoir un père qui satisfaisait tous ses caprices. Tout lui était dû, et c'était normal pour elle. Elle a été aimée. Sa mère est décédée d'une tumeur au cerveau. Il a fallu se séparer du Val de Grâce. L'appartement entier est passé en revue. Les souvenirs aussi et les personnes qui y vivaient. Ce roman est un tas de souvenirs. J'ai beaucoup aimé le style de ce roman. On se met à la place de la narratrice et on s'y croirai. On se met tour à tour dans la tête d'une petite fille et d'une jeune femme qui vient de perdre sa mère et aussi la maison de son enfance. Il faut tout recommencer. Il n'y a pas de dispute pour récupérer les vieilles choses que contenait la maison. On garde des choses comme pour se rappeler le bon vieux temps. Un livre plein de mélancolie, mais une mélancolie sans regret. Le val de Grâce a connu un moment d'apogée, puis un déclin. La narratrice en retient qu'elle a été aimée, tout simplement...

Ma note : ♥♥♥♥/♥♥♥♥♥ Je ne mets pas 5♥ parce que j'ai trouvé le roman un peu longuet au début...
Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 22:21
Vérité, vérité chérie de Valérie Zenatti
Collection : mouche
Edition : école des loisirs
Pages : 79
Genre : Littérature pour la jeunesse

Pourquoi j'ai choisi ce livre ? Parce qu'il était dans les nouveautés à la bibliothèque et que je n'avais pas d'autres livres à lire pour passer le temps.



Résumé : 4ème de couverture :

"De mémoire de loup, on n'a jamais vu de petite louve aussi douée que Camille. Une moyenne de 30/20 à l'école, première en tout, première partout, même dans la cour de récré quand elle joue à chat ! Jusqu'au jour où le professeur de chasse lui donne un devoir qui lui hérisse le poil. Camille doit faire le portrait de son grand-père et elle est incapable d'écrire une seule ligne ! Elle ne sait rien de lui.Quand elle interroge ses parents à son sujet, ils évitent de lui répondre, comme s'ils lui cachaient quelque chose. Camille flaire un lourd secret. Qui était ce grand-père dont on ne veut rien lui dire ?"

Mon avis : J'ai aimé ce livre pour sa facilité à lire. Les lecteurs novices peuvent le lire facilement. Ce livre nous évoque différents thèmes, comme la recherche de son identité, de la vérité que l'on veut nous cacher,... La protagoniste Camille est une petite fille parfaite. Jusqu'au jour où son monde s'écroule car elle se rend compte qu'elle n'est pas infaillible ni parfaite. Elle découvre qu'elle ne sait pas tout sur son passé et transgresse les lois afin de mettre la lumière sur les choses qu'on lui cache. Il ne lui arrive rien de malheureux, elle ne court aucun danger, même quand elle se promène seule au coeur de la forêt... Peut-être un peu trop idéaliste sur ce point-là... Par contre, on montre aussi bien dans ce livre que tout être humain fait des erreurs et qu'il est possible de les réparer. Comme quoi, personne n'est parfait, même pas Camille...

Ma note : ♥♥♥♥/♥♥♥♥♥




Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 12:17
La sonate à Kathleen, de Katy Belair
Editions Plon
Collection cristal
Genre : roman d'amour
Pages : 155
Pourquoi j'ai choisi ce livre ? On me l'a donné suite à un déménagement, il était dans ma PAL et c'était celui qui était tout en haut de la pile... Et puis il fallait le lire, alors...



Résumé : 4ème de couverture :

"En décidant d'accompagner son père, un pianiste de génie, Kathleen croit pouvoir découvrir, à Istanbul, la magie de l'Orient.
Mais bien vite, c'est la brutalité et la folie des hommes qu'elle rencontrera. A la musique douce qui jouait dans sa tête, répond alors la violence d'un chant sauvage dont Marc semble être le compositeur.
Marc, dont l'amour incertain la torture et l'ensorcelle."

Mon avis :
J'ai lu ce livre très rapidement car le style est simple, l'histoire pas des plus compliquées à comprendre. Ceci dit, il y a bien entendu de grands clichés dans ce roman. La brutalité des turcs, les harems, les femmes... Kathleen est un personnage plutôt naïf qui ne cherche pas plus loin que le bout de son nez. Elle rencontre plusieurs femmes aux côtés de Marc, et bien sûr, elle pense que ce sont là ses maîtresses. Kathleen est remplie de préjugés... Cependant elle est naïve de croire qu'elle peut se promener seule dans les rues sans avoir le moindre problème... Quant aux intentions du rival de Marc, c'est THE cliché ! Il veut violer Kathleen, par contre, en faisant juste semblant de s'évanouir, elle échappe tout bonnement à son sort... De plus, bien plus tard, quand il envoie sa nièce chercher Kathleen pour la ramener à lui afin de satisfaire ses ardeurs, elle y va tout bonnement... Naïve ? Ou style pas très recherché ?? Toujours est-il que c'est une happy ending. Oui, j'ai lu ce livre, mais il ne faut pas s'attendre à réfléchir parce que si l'on pense un temps soit peu aux faits, on se dit tiens, comme par hasard, il la sauve... Les romans d'amour, c'est toujours la même recette. Un jeune homme riche et beau, une minette en détresse, des rivaux, de la jalousie, de la naïveté, le price sur son beau cheval blanc qui vient sauver sa dulcinée qui est entre les mains d'un malotru... Mais bon, il ne fallait pas que je m'attende à autre chose que cela, bien entendu. Ce livre m'a malgré tout détendue. Ce livre m'a fait découvrir quelques lieux comme Istanbul, la Grèce, mais l'auteur n'est pas entrée dans les détails...

Ma note :
♥♥ / ♥♥♥♥♥



Pal :
Depuis le 17 septembre :
Lus : 2
Achetés, eus en cadeau : 0
Reste à lire : 175
Repost 0
Published by bookybook - dans Roman d'amour
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:33
Dans la tanière du loup de Traudl Junge
Editions : Lattès
Pages : 307
Genre : histoire du 20ème siècle à nos jours

Pourquoi ce livre ? Parce qu'on me l'a donné, qu'il est dans ma Pal, et que pour une fois je voulais lire quelque chose d'instructif...



4ème de couverture :
Les souvenirs inédits et bouleversants de la secrétaire d'Hitler, qui ont inspiré le film La Chute. Une jeune fille de 22 ans, qui rêve d'une carrière de danseuse, voit son destin bouleversé quand se présente en 1942 la "chance de sa vie" : Adolf Hitler lui demande de faire un test de dictée. Jusqu'à la mort du Führer, elle fut constamment à son côté, dactylographia ses discours, ses lettres, son testament, et l'accompagna dans ses derniers moments. Pendant toute la guerre, elle a, sans le savoir, participé à la plus monstrueuse des entreprises de destruction humaine. Tout commence par cette rencontre surprenante : elle qui attendait un tribun vociférant découvre "un monsieur souriant et délicat, à la voix douce et modulée"... Elle sera donc heureuse dans son travail, protégée par une figure paternelle, tenue à l'écart des opérations les plus secrètes. Quand les doutes surgiront, elle s'interdira d'aller plus loin dans l'investigation. Par loyauté autant que par confort, elle deviendra l'incarnation de ce que Hannah Harendt nommait la "banalité du mal". Traudl Junge aura passé plus de cinquante ans de sa vie à essayer de comprendre son aveuglement. L'honnêteté de son témoignage et son absence de complaisance envers elle-même concourent à faire de ce récit un document capital. Est-on innocent quand on ne sait pas, ou est-on coupable de ne pas savoir ? Traudl Junge est née en mars 1920 à Munich. Absoute par les alliés en 1947, elle consigne alors ses souvenirs dans des cahiers qu'elle ne consentira à rouvrir qu'en 2001, à la suite de sa rencontre avec Melissa Müller. Elle meurt en février 2002, au moment de la sortie de son livre en Allemagne.

Mon avis :  Livre pas assez "croustillant" pour moi... J'ai trouvé ce livre trop soft... Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à trouver plein de petits détails sur les actes d'Hitler, de savoir ce qu'il avait fait pendant le 3ème Reich... Au lieu de cela, on trouve de trop longues descriptions des bâtiments, des locaux (ça casse la lecture... ), de la vie personnelle d'Hitler, vu sous un autre angle. Ce n'est pas plus mal de voir qu'il était apparemment un gentleman avec les femmes, qu'il adorait son chien,qu'il était végétarien, et qu'il avait les yeux fragiles et n'aimait pas la lumière forte, qu'il préférait une ambiance tamisée, ... Ses secrétaires ne savaient pas vraiment pour qui elles travaillaient. Elles admiraient Hitler parce qu'elles ne connaissaient pas vraiment les affrosités qu'il causait. Traudl Junge prend finalement conscience à partir du moment où Hitler se suicide qu'en fait il est lâche d'avoir abandonné ainsi son peuple, qu'il n'était pas aussi bon qu'avec son entourage au Berghof, à la tanière du loup, etc... Enfin, voilà, donc pour résumer ce livre, je l'avais imaginé autrement. Il m'a surpris, mais pas forcément en bien. Je suis un peu déçue car je ne m'attendais pas à cela. Maintenant, il est très bien et il reste très instructif au point de vue humain.
Je suis donc un peu déçue de ma lecture car le livre est parfois long de descriptions trop détaillées des endroits où a vécu le führer. Ce ne sont pas les bâtiments qui m'intéressent mais le bonhomme. On en apprend certes un peu sur ses qualités humaines mais on le voit à travers les yeux d'une personne qui l'idéalise. Certes, c'est un autre point de vue, mais ce n'est pas suffisant pour calmer la curiosité d'une lectrice telle que moi... L'auteur fait aussi parfois erreur dans la chronologie des événements, car le livre a été rédigé après coup... Disons qu'on est un peu embrouillés parfois. Mais Melissa Müller corrige le récit par ses notes, ce qui nous permet d'avoir un meilleur aperçu de l'histoire.

En tout cas, pour moi, comme comme récit, il y a mieux...


Ma note : ♥♥♥ / ♥♥♥♥♥



Pal :
Depuis le 17 septembre :
Lus : 1
Achetés, eus en cadeau : 0
Reste à lire : 176

Repost 0
Published by bookybook - dans Roman historique
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 22:54
Bien évidemment, il fallait que ça arrive, je suis débordée en ce moment alors je crois que le "un article par jour" ne sera pas toujours respecté. Ceci dit, j'ai plein de livres en cours de lecture, alors vous aurez bientôt les billets correspondants...
J'ai un tas de travail en ce moment? Je vais essayer de poster ce week-end...
A bientôt !
Repost 0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 05:30
Je me lance dans le défi Objectif Pal lancé par Antigone, venez voir ici : Cliquez ici

Il s'agit en fait de terminer la lecture de tous les livres contenus dans la PAL (Pile à lire)
Bien entendu, moi aussi j'ai une pal, et elle est énorme. Je ne sais combien de livres elle contient, mais je compterai un jour (j'ai compté : au moins 177 livres... Gloups...)Pour la plupart, ces livres m'ont été donnés. j'en achète parfois par gourmandise, bien forcément, je reste humaine et avec ceci le défaut de vouloir plein plein de livres... (même si j'en ai trop déjà !)
Enfin, voici le logo que je mettrai à chaque livre de ma pal lu :



Enfin, voilà qui est fait... Il ne reste plus qu'à compter les livres de ma Pal, de vous donner ce chiffre énorme, et de les lire tous jusqu'au dernier... Vais-je parvenir à les lire sans en acheter avant de tous les avoir fini ? Ca serait un autre défi de taille... Mais pourquoi pas... ? Je crois que ce défi me rendrait malheureuse... Enfin, on verra...

Défi commencé le 17 septembre...
Repost 0
Published by Bookybook - dans Challenges
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 05:30
Exciseuse, Natacha Henry, Linda Weil-Curiel
Genre : Témoignage, sciences humaines
Collection : Témoignage
Pages : 238



Résumé : 4ème de couverture :

"Hawa Gréou est d'origine malienne et dans sa famille on est exciseuse de mère en fille. Lorsqu'elle débarque à Paris, Hawa perpétue la terrible tradition et ce, alors qu'elle sait parfaitement que l'excision est interdite en France. Chaque année, des dizaines de filles sont ainsi mutilées, les parents musulmants brisant à jamais leurs vies de femme.

Hawa Gréou est donc un bourreau, la première exciseuse condamnée à de la prison ferme par la justice française. La femme qui l'a fait confamner est l'avocate Linda Weil-Curiel, dont la lutte contre l'excision est le plus grand combat. 

Pour la première fois, ces deux femmes que tout oppose, se retrouvent pour un dialogue exceptionnel. Au fil des pages, Hawa Graou raconte son initiation au Mali et parle de ce qui se passe en France, de ces milliers de filles excisées en secret. Elle décrit une situation insoupçonnable et raconte l'insoutenable. Un état des leiux alarmant sur une question de société qui dérange." 

"Un témoignage qui révèle les réseaux secrets de l'excision en France."

Mon avis : Je viens de terminer ce livre et je peux vous dire qu'il se lit très vite ! J'ai beaucoup aimé ce livre. C'est terrifiant. Je ne pensais pas que de nos jours, l'excision se pratiquait toujours. L'excision est expliquée et il y en a de différentes sortes plus affreuses les unes que les autres. Pourquoi l'excision est-elle pratiquée ? Par tradition soi-disant religieuse ! Ca me révolte...
Cependant, je pense qu'il est bon de parler de choses comme cela, pour éviter qu'elles ne se reproduisent. J'ai aimé ce livre parce qu'il parle malheureusement de la réalité, il explique bien de quoi il s'agit. Il y a beaucoup de sentiments et de ressentiment dans ce livre qui nous fait part de l'excision mais aussi des mariages forcés. 
Je vous le recommande !

Ma note :
♥♥♥♥♥ /♥♥♥♥♥
Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 05:30
Sans un bruit, elle pleurait dans son lit. 
Comment ferait-elle quand elle perdrait cet être si cher à ses yeux ?
Une mère représente tout pour ses enfants.
Et surtout pour elle. 

A chaque fois qu'elle a une question à poser,
C'est vers elle qu'elle se tourne?
Elle sait que sa maman l'aime inconditionnellement
Elle sait que sa maman a besoin d'elle
Et qu'elle, sa fille, lui est indispensable.

Elle a très peur. 
Où pourra-t-elle retrouver un tel amour ?
Rien n'est plus fort que l'amour d'une mère pour son enfant.
Une mère sait faire tous les sacrifices possibles pour que ses enfants soient heureux.

Son enfant ne lui est pas tellement reconnaissante,
Mais en grandissant et en devenant adulte,
Elle comprend ce que tout cela représente.

Et maintenant, elle essaye de se calmer,
En se disant que sa maman vivra encore longtemps,
Mais au fond d'elle-même, elle redoute très fort ce moment.
Repost 0
Published by Bookybook - dans Mes poèmes
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 05:30
L'art d'avoir toujours raison, Schopenhauer
Genre : Philosophie
Collection : La petite Collection
Edition : Mille et une nuits




Résumé : 4ème de couverture :
"S'installer sur les positions d'autrui, épouser le mouvement du raisonnement de la partie adverse pour en exploiter les faiblesses : l'art de la discussion, c'est l'art de la guerre. Schopenhauer sait que les mots et les arguments sont des poignards dont la pointe peut tuer ; il sait aussi que la seule réalité qui vaille est notre propre victoire, même si le vrai maître du jeu reste finalement le langage et ses ressources infinies."

Mon avis : A vrai dire quand je l'ai acheté, je n'ai pas regardé le nom de l'auteur, et donc je pensais pouvoir lire des petites astuces pour avoir raison lors d'une dispute ou lors d'une conversation. Hors, quand j'ai reçu le livre, il s'avéra que son auteur est un philosophe... Grosse erreur ! Schopenhauer ne fut connu et célèbre qu'à la fin de sa vie au début des années 1850 et il mourut en 1860. Il a écrit plusieurs livres qui ne furent pas publiés. Aucun éditeur ne voulait le publier. Et la première fois qu'il a été publié, son éditeur regretta car il n'était pas rentable... Bon, alors, en fait Schopenhauer nous propose ici 38 stratagèmes pour gagner une discussion contre un adversaire. Il énumère 38 façons afin d'avoir raison lors d'une discussion. Jusque là, ça va. Sauf que c'est de la philosophie, qu'il y a des mots en grec, en latin... Et que cela reste pour moi très abstrait. Les exemples sont à propos de sujets peu compréhensibles qui ne font pas partie des situations de tous les jours. Donc, en gros, il faut se triturer l'esprit pour essayer de comprendre, tous ça pour en fin de compte ne rien comprendre.

Ma note : ♥ / ♥♥♥♥♥ . Je n'ai pas aimé... Je n'ai rien retenu puisque pressée de le terminer pour en lire un livre mieux... Je n'ai même pas lu les appendices ! Si vous êtes plus cultivé que moi, vous aimerez sûrement plus que je ne l'ai aimé ! Pour moi, en tout cas, ce livre me rappelle mes cours d'argumentation en troisième année de licence ! Avec les termes ad hominem, les arguments fallacieux, etc ! Beurk...

Repost 0
Published by Bookybook - dans Philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Côté livres
  • Côté livres
  • : Côté livres va découvrir de nouveaux horizons grâce à ses lectures. Avez-vous envie de prendre part au voyage ? Il reste une place dans sa valise, profitez-en ;o)
  • Contact

Livre(s) en cours de lecture...

 

Recherche

Archives